Comité de sélection

Le Comité de sélection du Prix Inspiration Arctique est composé de personnes émérites reconnues pour leur engagement envers l'Arctique canadien et ses résidents. Les membres du Comité, issus du nord et du sud, représentent les organismes autochtones et non autochtones, les gouvernements, les ONG et le secteur privé, de même que les communautés artistiques, culturelles et scientifiques. Leur précieuse contribution et leur expertise sont essentielles au succès et aux aspirations du Prix Inspiration Arctique.

(Crédit photo: Rideau Hall, 2015. ©OSGG-BSGG, 2015)

Le Comité de sélection a tenu sa réunion 2015 à Rideau Hall où les membres ont été accueillis par Son Excellence le très honorable David Johnston, gouverneur général et commandant en chef du Canada.

Membres actuels

(Ordre alphabétique)

Eva Aariak

Eva Aariak
Ancienne première ministre du Nunavut

Biography

Ms. Eva Qamaniq Aariak is a passionate advocate for the prosperity of Nunavut and tireless promoter of the Inuit culture, she is from a generation of Inuit who have lived through an era of tumultuous change that transformed life in the Arctic. And through her vision and energy has served as the first woman premier of Nunavut from 2008 to 2013.

Under Ms. Aariak’s leadership, the Government of Nunavut focused on improving conditions for the most vulnerable. Guided by the Tamapta Mandate, Ms. Aariak worked with communities and stakeholders to create The Makimaniq Plan, a made-in-Nunavut approach to reduce poverty. She spearheaded pioneering legislation on poverty reduction and child protection. Ms. Aariak also successfully sought adoption of the Inuit Language Protection Act based on recommendations that she had previously made when Commissioner of Languages from 1999-2003. Her recommendations prompted the government to write a groundbreaking law, the Inuit Language Protection Act.

Prior to her political career, Ms. Aariak led a varied career as a business owner, as Nunavut’s first languages commissioner, teacher, adult educator, producer of Inuktitut children’s books, Human Resource Officer and radio and television reporter for CBC North. In the years leading up to the creation of Nunavut, Ms. Aariak worked as a Communications Manager with the Office of the Interim Commissioner on a series of creative initiatives aimed at capturing the public’s hopes and desires for the future. Ms. Aariak is a recent recipient of the EVE Award, Presented by Equal Voice, and was named a Visionary Canadian by the “Bold Vision, Women’s Leadership Conference.” In 2014.

Eva Aariak continues to advocate for “completing the map of Canada” by strengthening the ties between Nunavut and the rest of the country. She is a proud grandmother of four: Tasiana, Joyce, James Aliguq and Benjamin.

Michel Allard

Michel Allard
Professeur, Centre d'études nordiques, Université Laval

Biographie

Michel Allard est professeur de géographie à l’Université Laval depuis 1975, ainsi que chercheur au Centre d’études nordiques. Avant tout géomorphologue, il est également géologue du Quaternaire, écologiste et humaniste. Il est devenu un expert du pergélisol alors qu’il travaillait au Nunavik. Avec une équipe d’étudiants des cycles supérieurs et des professionnels de recherche, il participe à des projets de recherche fondamentale sur les processus physiques liés à la formation du pergélisol dans des conditions climatiques actuelles et passées. Il étudie également le régime thermique du sol et les effets du dégel du pergélisol à la fois dans l’environnement naturel et dans des infrastructures fabriquées. En 1987, il a commencé à mener de la recherche appliquée sur le pergélisol alors qu’il travaillait sur le projet de construction de l’aéroport du Nunavik, dirigé par le gouvernement du Québec. Avec le temps, ses activités se sont élargies, et il a commencé à travailler dans différentes communautés inuites du Nunavik en commençant par Salluit, située dans une région où la situation du pergélisol est particulièrement complexe. Il travaille aussi dans des communautés du Nunavut, où il effectue de la recherche sur l’adaptation aux changements climatiques et sur la construction de logements et d’infrastructures. Il est membre de comités consultatifs liés à l’industrie minière et aux infrastructures de transport dans le Nord canadien. Un de ses projets actuels est axé sur l’élaboration de tutoriels destinés aux communautés, aux écoles secondaires et aux collèges inuits pour l’apprentissage des fondements de la science et du génie du pergélisol. Ces connaissances aideront ensuite les habitants du Nord à prendre des décisions éclairées concernant la gestion du territoire et le développement économique.

M. Allard a été rédacteur en chef de l’étude intégrée d’impact régional sur le Nunavik et le Nunatsiavut, une publication d’ArcticNet. Il dirige en outre le module 1 (intitulé « La dynamique du pergélisol dans les environnements naturels et bâtis ») de l’important programme de recherche canadien financé par le CRSNG, « Arctique en développement et adaptation au pergélisol en transition » (ADAPT).

En 1998, la Société canadienne de géotechnique a décerné à M. Allard le Prix commémoratif Roger Brown pour souligner ses contributions à la science et au génie du pergélisol. En 2006, le ministère des Affaires autochtones et du Développement du Nord Canada lui a remis le Prix de recherche scientifique sur le Nord.

Nellie J. Cournoyea

Nellie J. Cournoyea
Chair and Chief Executive Officer, Inuvialuit Regional Corporation (IRC) et ancienne première ministre des Territoires du Nord-Ouest

Biographie

Nellie Cournoyea is the Chair and Chief Executive Officer of Inuvialuit Regional Corporation (IRC). The corporation was established in 1985 with the mandate to receive the Inuvialuit lands and financial compensation resulting from the 1984 land claim settlement. Today it has assets in excess of $750 million.

Before her election as Chair of IRC, Ms. Cournoyea was Premier of the Northwest Territories for four years beginning November 1991. She represented the riding of Nunakput from 1979 to November 1995 serving in the Northwest Territories Legislative Assembly.

Born in Aklavik in 1940, Ms. Cournoyea was educated through the federal Aklavik Day School by Alberta correspondence courses. She worked at CBC Inuvik for nine years as an announcer and station manager and was a land claim fieldworker for the Inuit Tapiriit Kanatami (ITK). Ms. Cournoyea was a founding member, and later administrator and land rights worker, of the Committee of Original Peoples’ Entitlement (COPE).

Ms. Cournoyea is the recipient of honorary doctorates in Law with Lakehead University 1995, Carleton University 1996, University of Toronto 1996, University of Lethbridge 2001 and University of Alberta 2004.

Awards and honours received include:

  • Canadian Energy Person of the Year (Energy Council of Canada), 2004
  • Canadian Council of Aboriginal Business, Hall of Fame, 2008
  • Northern Medal Award (Governor General of Canada), 2008
  • Officer of the Order of Canada (Governor General of Canada), 2008
  • Nellie Cournoyea Arctic Research Facility established (University of Manitoba), 2013

Current appointments include:

  • Vice-Chair of the Canadian Polar Commission
  • Vice-Chair of the Nutrition North Canada Advisory Board
  • Executive Member of the Aboriginal Pipeline Working Group
Martin Fortier

Martin Fortier
Directeur exécutif, Sentinelle Nord

Biographie

Martin Fortier a complété son doctorat en océanographie biologique à l’Université Laval en 1999. De 1999 à 2003, il fut le coordonnateur scientifique de l’Étude internationale de la polynie des Eaux du Nord (NOW) et du réseau de recherche Canadian Arctic Shelf Exchange Study (CASES). Plus de 120 experts en sciences polaires provenant de 10 universités canadiennes, 4 ministères fédéraux et 9 pays étrangers ont été impliqués dans ces réseaux. En 2002, M. Fortier a contribué de façon significative à la mise en œuvre du projet de modernisation et de transformation du NGCC Amundsen en brise-glace de recherche à la fine pointe de la technologie. M. Fortier a depuis exercé la fonction de chef de mission à bord du NGCC Amundsen lors de sept expéditions, incluant son voyage inaugural en août 2003.

Martin Fortier a été nommé directeur exécutif du réseau de centres d’excellence ArcticNet à l’automne 2003. En tant que plus important réseau national de recherche arctique au monde, ArcticNet regroupe plus de 800 chercheurs, étudiants, et assistants de recherche en sciences naturelles, en sciences de la santé et en sciences sociales avec leurs partenaires des organisations inuites, des communautés nordiques, du gouvernement et du secteur privé pour préparer les Canadiens aux conséquences et aux opportunités amenées par les changements climatiques et la modernisation dans l’Arctique.

Monsieur Fortier est présentement membre de plusieurs comités et conseils d’administration nationaux et internationaux dont la Conférence norvégienne Arctic Frontiers, le Programme de lutte contre les contaminants dans le Nord, la Station de recherche du Canada dans l’Extrême-Arctique et le Programme du plateau continental polaire, dont il est le président. En novembre 2010, il a été nommé membre du conseil d’administration de la Commission canadienne des affaires polaires.

Peter Johnston

Peter Johnston
Grand Chief of the Yukon Council of First Nations

Biographie

La biographie de ce membre sera disponible bientôt.




Thomas Johnston

Thomas Johnston
Ancien président, National Inuit Youth Council

Biographie

Thomas Johnston est né à Puvirnituq, au Nunavik (dans le nord du Québec). Il s’est beaucoup déplacé lorsqu’il était jeune, jusqu’à ce que sa famille s’installe à Igloolik, au Nunavut, lorsqu’il avait 9 ans. Il y a obtenu son diplôme d’études secondaires, puis il a déménagé à Ottawa afin de suivre la première et la deuxième du programme Nunavut Sivuniksavut. Depuis, il a contribué à de nombreux projets pour les jeunes et pour les arts, dont des rassemblements de jeunes à l’échelle régionale et nationale. Il a participé aux manifestations pour les jeux traditionnels inuits lors des Olympiques de Vancouver en 2010, et il a dansé pour la Reine au Palais de Windsor. Thomas était le président du National Inuit Youth Council (Conseil national des jeunes du Yukon) de 2013 à 2015. Il est producteur de trois émissions de télévision diffusées en Inuktitut – sa langue maternelle – à l’échelle nationale. Il habite actuellement à Iqaluit avec ses deux filles.

Kyla Kakfwi-Scott

Kyla Kakfwi-Scott
Conseillère principale, département de la Santé et des Services sociaux, Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest

Biographie

Kyla Kakfwi Scott croit en l’importance de la culture et de toutes les formes de connaissances. Née d’un père autochtone et d’une mère non autochtone, elle a toujours aspiré à trouver un équilibre entre ses deux origines, à apprendre le plus possible des deux et à arborer ces connaissances avec fierté. Selon elle, nous devons absolument renforcer le dialogue et l’entente interculturels si nous voulons vivre ensemble de façon respectueuse. À cette fin, elle travaille depuis 2009 à titre de directrice de programme pour le centre Dechinta pour la recherche et l’apprentissage (Bush University & Centre for Research and Learning). Ce programme accrédité au niveau universitaire est enseigné par des aînés et des chercheurs universitaires, et il aborde des enjeux essentiels dans le Nord à partir d’un point de vue nordique.

Kyla est née et a grandi dans la région de Denendeh. Elle a beaucoup voyagé dans le Nord et le Sud du Canada avec ses parents. Son père, Stephen Kakfwi, a été premier ministre des Territoires du Nord-Ouest, et sa mère, Marie Wilson, a été commissaire de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada. Kyla a suivi le séminaire Pearson sur le leadership jeunesse au Collège Lester B. Pearson et a étudié les médias, l’information et la technoculture à l’Université Western en Ontario. Depuis son retour au Denendeh, elle a fait partie de l’équipe de conception de Back to the Future 2002, un symposium national sur la redéfinition du Nord au 21e siècle, et elle a participé à l’organisation de Crossroads: A Cross-Cultural Women’s Sharing Circle. Elle possède 15 ans d’expérience en service à la clientèle et a géré une entreprise locale avant de se joindre à l’équipe de Dechinta. Elle habite actuellement à Yellowknife avec son mari et leurs deux filles.

Kyla a passé la plus grande partie de sa vie à Yellowknife. La famille de son père vient de Fort Good Hope, où la jeune Kyla a passé les toutes premières années de sa vie et où elle est souvent retournée lorsqu’elle était enfant. Sa mère est née et a grandi dans le sud-ouest de l’Ontario. Kyla a choisi d’étudier à l’Université Western afin d’être plus proche de ce côté de sa famille. Selon elle, cette période passée loin du Nord lui a permis de réaliser à quel point il lui était important d’être entourée de sa famille, de sa culture dénée et de sa terre d’origine.

Kyla a été l’une des premières récipiendaires de la bourse de recherche arctique Jane Glassco. Ces fonds lui ont permis d’examiner l’intégration de la culture et des connaissances autochtones dans le système scolaire. Elle siège également au conseil d’administration de Centraide dans les Territoires du Nord-Ouest.

Sarah Leo

Sarah Leo
Former President of Nunatsiavut Government

Biographie

La biographie de ce membre sera disponible bientôt.



Peter Mansbridge

Peter Mansbridge, O.C.
Correspondant en chef, CBC News et présentateur, The National

Biographie

Peter Mansbridge est le correspondant en chef de CBC News. Il anime le bulletin de nouvelles du soir The National, programme phare de CBC, ainsi que tous les bulletins spéciaux du réseau. Il est également l’hôte de Mansbridge: One on One, du réseau des nouvelles de CBC.

Peter Mansbridge a commencé sa carrière en 1968 à Churchill, au Manitoba, où il a contribué à développer le service des nouvelles de la chaîne radiophonique de CBC dans le Nord du Canada. En 1971, il a déménagé à Winnipeg comme journaliste pour CBC Radio et en 1972 il est passé à la télévision de CBC. En 1975 il est devenu journaliste en Saskatchewan pour The National et en 1976 un des chroniqueurs parlementaires à Ottawa. Il est ensuite devenu le correspondant principal et enfin le présentateur du The National en 1988.

Au service de CBC News depuis plus de 40 ans, Peter Mansbridge a eu l’occasion de couvrir en détail les nouvelles nationales et internationales les plus importantes. Au cours des dernières années, Monsieur Mansbridge a été le seul journaliste canadien à interviewer deux des récents grands leaders internationaux : le président des États-Unis Barack Obama en 2009 et le premier ministre britannique David Cameron en 2010.

Durant sa brillante carrière, Peter Mansbridge a reçu 12 prix Gémeaux soulignant l'excellence en journalisme radiotélévisé. Il a aussi reçu huit diplômes honorifiques de diverses universités au Canada et son travail a également été reconnu par de grandes universités aux États-Unis et au Royaume-Uni. En 2008, la gouverneure générale Michaëlle Jean lui a décerné le titre d’Officier de l’Ordre du Canada. En 2009, il a été nommé chancelier de l’Université Mount Allison au Nouveau-Brunswick.

Peter Mansbridge est né à Londres, en Angleterre, en 1948. Il vit actuellement à Stratford en Ontario.

Tom Paddon

Tom Paddon
Président, Baffinland Iron Mines Corporation
Vice-président, Arctic Economic Council

Biographie

Né au Labrador, Tom Paddon compte plus de 20 ans d’expérience en élaboration et direction de projets dans le Nord. Il est actuellement président-directeur général de la Baffinland Iron Mines Corporation, et il concentre ses efforts sur le projet d’extraction de minerai de fer dans la rivière Mary, dans le nord du Nunavut. Ce projet d’une valeur de plusieurs milliards de dollars comprendra la construction et l’exploitation du chemin de fer le plus nordique du monde et d’un nouveau port en eau profonde situé à 400 km au nord du cercle arctique. De plus, on prévoit le développement des plus puissants vraquiers brise-glace au monde ainsi que la création d’une mine et d’un camp accessible par avion pour loger le personnel.

Avant de se joindre à Baffinland en 2011, M. Paddon a été directeur général de Vale Newfoundland and Labrador, la société exploitante du projet de la baie Voisey’s dans le nord du Labrador. Pendant une quinzaine d’années, il a forgé des liens locaux avec les Innus et les Inuits du Labrador, qui ont ensuite joué un rôle central dans la réussite de l’entreprise dans la région. Mais il a également négocié des ententes sur les répercussions et les avantages séparément avec chaque groupe. De plus, il est devenu responsable de la mise en œuvre de ces ententes et de la concrétisation des engagements s’y rattachant. Il est ensuite devenu directeur général chargé de la supervision de tous les aspects de l’exploitation et de la production de l’entreprise.

Le projet de la baie Voisey’s est maintenant reconnu au pays comme ayant relevé la barre pour ce qui est de l’emploi, des pratiques d’entreprise et de la responsabilité sociale des entreprises en lien avec les projets d’exploitation des ressources dans les territoires autochtones. Selon M. Paddon, la réussite du projet se doit à une équipe solide et engagée et à une pleine compréhension du besoin de collaborer à des objectifs communs avec les intervenants locaux. Baffinland Iron Mines adopte à présent la même approche au Nunavut.

Jobie Tukkiapik

Jobie Tukkiapik
President, Makivik Corporation

Biographie

Mr. Tukkiapik is from Kuujjuaq, Nunavik, and in 1984 was one of his community’s first three high-school graduates. The same year, he obtained a private airplane pilot licence and assisted in the clean-up of 10,000 caribou that had drowned and washed up on the banks of the Koksoak River after hydroelectric spillways from the Caniapiscau Reservoir were opened to alleviate excess water build-up. After completing a commercial aircraft pilot licence in 1987, Mr. Tukkiapik entered into the employ of Air Inuit Ltd. as a professional pilot.

During the late 1980s, Mr. Tukkiapik participated in a role model poster campaign organized by the Northern Alcohol and Drug Abuse Program. This enriching experience solidified Mr. Tukkiapik’s belief in the power of education and vocational training to challenge Nunavik youth and open up new opportunities for them.

In 1990, Mr. Tukkiapik continued his formal education at John Abbott College in Montreal, graduating from the Commerce program after two years. He was then hired in 1993 by the Kativik Regional Government in Kuujjuaq, first in the organization’s Finance Department and then as Director of the Employment, Training, Income Support and Childcare Department. In 2006, Mr. Tukkiapik was appointed Director General of the Kativik Regional Government with responsibility for more than 400 employees delivering a wide range of public services in the 14 remote communities of Nunavik. Mr. Tukkiapik held this position until he was elected President of the Makivik Corporation in January 2012.

He also serves on the board of directors of Air Inuit Ltd. since 2005. Since his election as President of the Makivik Corporation, Mr. Tukkiapik has taken on additional directorships for several other Makivik subsidiary companies or companies in which Makivik is a shareholder. These include Bradley Air Services Limited (known as First Air), Nunavik Creations Inc., Halutik Enterprises Inc., Nunavik Geomatics Inc. and Nunacell Inc. These companies play important roles in the transportation, communication, fuel provisioning and tourism sectors in Nunavik and throughout Canada’s Arctic.

Mr. Tukkiapik is a respected member of the community of Kuujjuaq, an accomplished hunter and fisherman, and an ice hockey enthusiast. While his mother tongue is Inuktitut, he is also fluent in English and speaks some French. Finally, family is very important to Mr. Tukkiapik and he is keenly aware of the importance of sharing the traditional values learnt from his parents and grandparents.

Arnold Witzig

Arnold Witzig (ex-officio)
Co-fondateur du Prix Inspiration Arctique et directeur de la fondation S. and A. Inspiration

Biographie

Arnold Witzig est né en 1949 en Suisse. Il a été élevé dans un milieu modeste, sur une petite ferme familiale.

Il est devenu architecte et s'est peu à peu rendu compte qu'il pouvait mettre en pratique un processus plus efficace de planification et de réalisation de projets architecturaux. Il a compris que les besoins économiques, environnementaux, architecturaux, techniques et sociaux devaient être intégrés afin d’obtenir du succès, surtout dans le cas de projets industriels complexes.

Après être devenu président-directeur général d'une petite firme d'architecture à 31 ans, il a entrepris de poursuivre sa vision de créer un service unique et complet qui rassemble tous les spécialistes nécessaires de divers domaines au sein d'une nouvelle unité commerciale ciblant le secteur de l’imprimerie et des médias.

De cette vision est née le IE Engineering Group (IE). Au cours d’une période de 18 ans, l’entreprise a mis en pratique cette même stratégie commerciale pour les industries du plastique, de l’alimentation, des sciences de la vie, et plus tard des industries de haute technologie. De sa base à Zurich, IE s’est étendue à Munich, Genève, Leipzig et finalement Frankfurt.

À l’aube des 50 ans d’Arnold, le Groupe IE était devenu un chef de file et employait bon nombre de jeunes talents prometteurs. Ayant atteint ses buts professionnels, Arnold était prêt pour du changement. En 1998, il a remis le Groupe IE à ses coéquipiers de trois différentes langues et régions culturelles. Aujourd’hui, chaque employé d’IE est aussi propriétaire de l’entreprise, personne n’a le contrôle majoritaire et le même modèle commercial a été maintenu avec succès. En 1999, Arnold a dit au revoir à sa famille, ses amis et ses proches en Europe et s’est envolé vers Vancouver, ne sachant pas que cette ville deviendrait son nouveau chez-soi. Par la suite, Arnold voyagea de par le monde, escalada les sept sommets et skia dans les régions polaires.

Arnold et sa femme Sima Sharifi ont créé la Fondation S. and A. Inspiration en 2008 en tant qu’organisme à but non lucratif, à Vancouver, C.-B. Pendant plusieurs années, ils ont étudié et appuyé des projets dans les domaines de l’éducation et de l’égalité des sexes dans les pays en développement. En 2011, ils ont décidé de concentrer leurs activités philanthropiques au Canada, leur pays d’adoption.


Anciens membres

Susan Aglukark

Susan Aglukark, O.C.
Chanteuse inuk, auteur-compositrice, lauréate de trophées Juno

Biographie

Susan Aglukark est l’une des artistes les plus uniques et honorés au Canada. Inuk d’Arviat, au Nunavut, Susan a évolué dans cet espace de tension entre deux mondes, un élément marquant dans sa remarquable carrière.

Au début des années 1990, cette beauté aux traits fins et à la voix pure qui écrit et interprète des chansons en anglais et en inuktitut se retrouve du jour au lendemain sous les projecteurs avec la sortie d’Artic Rose, son tout premier album. Sa musique – une musique pop intemporelle dont les paroles traitent de sujets profonds d’une réelle humanité – est adoptée au Canada et à l’étranger.

Il s’agit d’une présence rare et exotique dans le monde musical grand public : une femme inuk, une femme moderne, une femme forte avec quelque chose d’important à dire – c’est parfois très rare dans l’industrie du divertissement. Susan incarne l’honnêteté et la force avec grâce et pureté. Alors que ses chansons se hissent au sommet des palmarès, ses récits et sa candeur concernant les luttes des Inuits et des communautés autochtones et la bravoure avec laquelle elle confie sa propre colère et ses propres difficultés lui valent un auditoire plus vaste que celui de la plupart des artistes pop.

Le succès musical de Susan Aglukark est encore plus intéressant quand on sait qu’elle n’a commencé sa carrière qu’à 24 ans; sans orthodoxie musicale moderne sur laquelle s’appuyer, Susan Aglukark était libre de répondre aux sons et aux styles qui la touchaient, la motivaient ou l’inspiraient.

Susan Aglukark est vite devenue une conférencière et facilitatrice d’atelier largement sollicitée. Elle combine sa musique à ses conférences et ateliers, entrelaçant ses chansons de messages d’espoir et d’histoire sur les peuples inuits de l’Arctique canadien. Tout en chantant et en parlant de sa culture, Susan aborde également des sujets universels comme les problèmes de société et de santé dans les communautés autochtones et leurs liens avec la rapidité des changements, comment faire face à ces changements rapides, les effets de la colonisation, et de nombreux autres sujets.

Les prix qui lui ont été décernés :

  • Ordre du Canada remis par le gouverneur général du Canada en 2005
  • Médaille du Jubilé de diamant de Sa Majesté la reine Élizabeth II, en février 2012
  • Prix Juno (3)
  • Tout premier prix national d’excellence décerné aux Autochtones pour les arts et la culture
  • Prix Vista de l’étoile montante décerné par l’Association de la musique country canadienne
  • Native American Music Award
  • Canadian Aboriginal Music Award
  • Diplômes honorifiques en droit de l’Université d’Alberta et de l’Université de Calgary
  • Doctorat honorifique en arts de l’Université Lethbridge
  • Prix « Northerner of the Year » en 1995
Erin Freeland Ballantyne

Erin Freeland Ballantyne
Boursière Rhodes et directrice, Dechinta Bush University Centre for Research and Learning

Biographie

Erin Freeland Ballantyne est née et a grandi à So`mba K’è/Yellowknife sur le territoire Akaitcho. Elle a été la toute première boursière Rhodes du Nord du Canada. Erin détient un baccalauréat spécialisé en développement international de l’Université McGill et une maîtrise en politique environnementale de l’Université Oxford. Elle est actuellement au doctorat à Oxford, étudiant la disjonction entre les changements climatiques et leurs effets sur la sécurité et la santé des hommes dans le contexte de l’intérêt régional porté à l’extraction pétrolière et gazière et le défi que cela représente pour le développement durable des communautés. Erin utilise la vidéo participative pour amener les jeunes à prendre part aux recherches et créer des outils éducatifs en appui à la santé communautaire.

Erin enseigne un cours de maîtrise en écologie politique et gestion des ressources au Centre for the Environment d’Oxford. Elle est également membre de l’équipe canadienne Beyond Three Oceans qui met sur pied un réseau de petites embarcations pour la surveillance communautaire de l'océan dans le passage du Nord-Ouest. Erin est la fondatrice de Dechinta, le premier centre terrestre des Territoires du Nord Ouest qui offre des expériences éducatives donnant droit à des crédits universitaires, dont les enseignants sont des aînés, des professeurs et des chefs de communautés qui veulent outiller la population locale pour qu’elle prenne son avenir en main. Erin a voyagé, étudié et enseigné de par le monde, de l’Inde à l’Amazone, et elle admire les relations expertes qu’ont les populations locales en ce qui concerne leur propre territoire et leurs propres stratégies de gestion des ressources. Le travail d'Erin a pour but de soutenir les ressources humaines dans l’Arctique et le Nord en vue de développer des politiques et pratiques canadiennes qui reflètent les traditions naturelles canadiennes d'équilibre et de respect qui sont à la base de la gouvernance des Premières nations, de leurs politiques et de leur gestion des ressources.

Peter Harrison

Peter Harrison
Professeur, titulaire de la chaire Stauffer-Dunning et directeur de l'École d'étude des politiques de l'Université Queen's

Biographie

M. Peter Harrison est professeur, titulaire de la chaire Stauffer-Dunning et directeur de l'École d'étude des politiques de l'Université Queen's, à Kingston, en Ontario. De 2008-2009, il fut détenteur de la bourse Skelton-Clark de l'École d'étude des politiques.

M. Harrison a occupé des postes importants dans la fonction publique pendant près de 30 ans. Il a occupé précédemment les postes de sous-ministre (secrétaire permanent) de plusieurs ministères fédéraux dont Ressources naturelles Canada, Pêches et Océans Canada, le Réseau du leadership, le Conseil national de recherches Canada et la Résolution des questions des pensionnats indiens Canada.

M. Harrison fut responsable de promouvoir la ratification par le Canada de la loi sur la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer par le gouvernement du Canada en 2003; l’investissement de 150 millions de dollars pour l’Année polaire internationale; en tant que sous-ministre adjoint au ministère des Affaires indiennes et du Nord Canada, le développement de la Stratégie pour le nord du Canada, l’engagement au projet de Station de recherche du Canada dans l’Extrême-Arctique, et le protocole d’entente Canada-Royaume Uni pour la collaboration en matière de recherche polaire.

M. Harrison a aussi occupé des postes au niveau de sous-ministre adjoint et sous-ministre associé dans plusieurs ministères dont le ministère des Finances, le Développement des ressources humaines Canada et Revenu Canada. De 1989 à 1992, il fut nommé secrétaire au Bureau du Conseil privé (Cabinet) aux secrétariats des priorités et de la planification, des opérations et des comités d’examen des dépenses. M. Harrison est géographe de profession. Il détient un baccalauréat (mention très honorable) de la London School of Economics, une maîtrise de l'Université de Victoria (Colombie-Britannique) et un doctorat de l'Université de Washington. De 1973 à 1981, il était professeur agrégé au département de géographie et d’urbanisme de l’Université d’Ottawa.

Les recherches, les écrits et les conférences de M. Harrison portent surtout sur les océans et la gestion des zones côtières, en particulier dans l’Arctique. Il est boursier, gouverneur et vice-président de la Société géographique royale du Canada et boursier de la Royal Geographical Society. Il a reçu la Médaille du jubilé de la Reine Elizabeth II en reconnaissance de sa contribution à la fonction publique, de même que le prix J.B. Nicholls pour l'ensemble de son œuvre en matière de gestion des zones côtières et des océans au Canada.

The Right Honourable Michaëlle Jean

La très honorable Michaëlle Jean, P.C., C.C., C.M.M., C.O.M., C.D.
Chef de la Francophonie, coprésidente de la Fondation Michaëlle Jean, chancelière de l'Université d'Ottawa, ancienne gouverneure générale et commandante en chef du Canada et ancienne envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti.

Biographie

La très honorable Michaëlle Jean est née à Port-au-Prince, en Haïti. En 1968, fuyant le régime dictatorial de François « Papa Doc » Duvalier, Mme Jean s’est réfugiée au Canada avec sa famille. Excellente élève, elle a étudié les langues et les littératures italiennes et hispaniques, ainsi que la littérature comparée, à l’Université de Montréal, où elle a plus tard enseigné à la Faculté d’études italiennes.

Parallèlement à ses études, Mme Jean a œuvré pendant dix ans auprès des maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et a participé à la mise sur pied d’un réseau de refuges d’urgence partout au Québec et ailleurs au Canada. Elle est plus tard devenue journaliste primée et présentatrice d’émissions d’information à Radio-Canada et à la CBC. Mme Jean a également contribué à plusieurs documentaires produits par son mari, le réalisateur Jean-Daniel Lafond.

En 2005, Mme Jean est devenue la 27e gouverneure générale et commandante en chef du Canada. Tout au long de son mandat, elle a encouragé le dialogue et l’engagement communautaire entre citoyens et a particulièrement favorisé l’autonomisation des jeunes. Fervente adepte de la diplomatie culturelle, elle a dirigé 40 missions et visites officielles en Afghanistan, en Chine et dans différents pays de l’Afrique, des Amériques et de l’Europe. Elle parle couramment cinq langues, soit le français, l’anglais, l’italien, l’espagnol et le créole, et elle lit couramment le portugais.

Mme Jean est maintenant coprésidente de la Fondation Michaëlle Jean. De plus, elle est envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti, Grand Témoin de la Francophonie pour les Jeux olympiques de Londres en 2012 et chancelière de l’Université d’Ottawa.

Geraldine Van Bibber

Geraldine Van Bibber
Conseillère principale - relations avec les communautés, bureau du premier ministre, Yukon
Chancelière du Yukon College
Ancienne commissaire du Yukon

Biographie

Geraldine Van Bibber (née Kelly), fonctionnaire, femme d’affaires et commissaire du Yukon, est née et a grandi à Dawson, au Yukon, et est d’origine gwich'in et irlandaise. Elle a travaillé au ministère des Finances du Yukon (1976-1990) et a été administratrice du Territoire (2001-2005).

Depuis 1986, lorsqu’elle est devenue partenaire d’affaires d’une entreprise de tourisme familial, Mme Van Bibber a grandement contribué au développement de l’industrie du voyage au Yukon. Elle a joué un rôle déterminant dans la formation, en 1992, de la Yukon First Nation Tourism Association (Association du tourisme parmi les Premières Nations du Yukon) et a siégé au conseil d’administration de plusieurs organisations territoriales et nationales liées au commerce et au tourisme, dont la Commission canadienne du tourisme, le Yukon Tourism Education Council (Conseil d’éducation et de tourisme du Yukon) et le Business Development Fund Board (Conseil du fonds de développement des affaires) du gouvernement du Yukon. Elle a été conférencière dans plusieurs colloques sur le tourisme nordique au Canada, aux États-Unis, en Suède et en Finlande.

Elle a participé à plusieurs autres conseils et contribué à nombre d’autres projets, dont le Yukon Human Rights Commission (Commission sur les droits de la personne au Yukon), le Yukon Advisory Council on Women's Issues (Conseil consultatif du Yukon sur les enjeux des femmes) et la Gathering of Traditions Potlatch Society (Société des traditions liées au potlatch).

Mme Van Bibber a été ambassadrice des peuples du Yukon et des Premières Nations, et elle est la première native du Yukon à accueillir le prince Charles lors de sa visite dans la région en avril 2001.

En décembre 2005, elle est devenue commissaire du Yukon, un poste semblable à celui de lieutenant-gouverneur. Son mandat a pris fin en 2010, et elle a été remplacée en décembre de cette même année par Douglas Phillips.

Mme Van Bibber a été nommée chancelière du Collège du Yukon à la fin 2012. Elle s’est jointe au cabinet et au caucus du Parti du Yukon à titre de conseillère prinicipale – relations avec les communautés en janvier 2015.

Sheila Watt-Cloutier

Sheila Watt-Cloutier, O.C.
Candidate au prix Nobel de la paix, activiste inuite

Biographie

Candidate au prix Nobel de la paix, Sheila Watt-Cloutier travaille à changer l’opinion publique en politique publique. Avec plus de dix ans d’expérience de travail avec les preneurs de décisions mondiaux, Mme Watt-Cloutier incarne un nouveau modèle de leadership au 21e siècle. Elle traite des problèmes présents, comme l’environnement, l’économie, la politique internationale, la santé mondiale et le développement durable, non pas en problèmes distincts mais plutôt comme un tout profondément relié. Chaque décision, que ce soit au niveau environnemental, politique ou économique, a un effet profond sur les gens vivant loin des couloirs du pouvoir; comprendre cette connexion est primordial pour bâtir un monde durable. C’est le message que Mme Watt-Cloutier veut transmettre. Au moment où les gens recherchent des solutions, une direction ainsi qu’un sentiment d’espoir, cette porte-parole mondiale nous indique où nous en sommes et vers quoi nous nous dirigeons.

En 2007, Sheila Watt-Cloutier a été mise en nomination pour le prix Nobel de la paix pour ses efforts ayant accru la visibilité globale des effets du réchauffement de la planète sur les droits de l’homme, particulièrement dans l’Arctique, où ces effets sont ressentis plus rapidement et plus dramatiquement que partout au monde. (L’Arctique est le baromètre de santé de la planète; ce qui se passe ailleurs dans le monde y est ressenti en premier lieu.) Grâce à sa passion et à son dévouement, elle a donné un caractère humain aux enjeux auxquels l'Arctique et ses habitants sont confrontés quotidiennement.

Vivant au Nunavut, Mme Watt-Cloutier a reçu le titre d'Officier de l'Ordre du Canada. Elle est aussi récipiendaire de nombreux prix prestigieux, incluant le Prix national d'excellence décerné aux autochtones, le prix Champion de la Terre du Programme des Nations Unies et le prix Sophie de Norvège. De 1995 à 2002, elle fut élue présidente canadienne de la Conférence circumpolaire inuite (CCI), où elle utilisa ses talents de communicatrice et de porte-parole pour obtenir ce qui deviendra la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants, laquelle vise à interdire la production de ces polluants, qui contaminent l'Arctique et menacent la santé des Inuit. Elle fut ensuite nommée présidente de la CCI internationale de 2002 à 2006, représentant environ 150 000 Inuits du Canada, du Groenland, de l’Alaska et de la Russie. Elle déposa avec 62 autres représentants inuits une plainte sous la forme d'un rapport à la Commission interaméricaine des droits de l'homme. Elle est la principale signataire de cette pétition. Faisant preuve d’un leadership calme et réfléchi sur diverses questions importantes, Mme Watt-Cloutier est sollicitée à travers le monde en tant que conférencière.